Publishroom ou comment éditer autrement

Les jeunes écrivains en herbe que nous sommes, avons tendance, une fois notre manuscrit terminé, à nous jeter sur les grandes maisons d’édition pour se faire éditer. Or, nous le savons bien, être édité par ces maisons d’édition relève du miracle ou soyons réalistes des relations.

Est-ce que ça voudrait dire que tout est perdu et que notre manuscrit restera dans notre tiroir où on aura aussi rangé nos rêves oubliés ?

Bien sûr que non ! Nous sommes en 2016 et les possibilités pour éditer son manuscrit sont nombreuses grâce à l’avènement du numérique et à l’auto-édition.

Petit guide

Pour ceux qui opteraient pour cette dernière, deux solutions :

  • s’occuper seul de A à Z du processus : correction, création de la couverture, choix de l’imprimeur et impression (si édition en papier), formalités administratives, distribution et promotion,
  • s’adresser à des professionnels qui vous accompagneront dans votre projet d’auto-édition à chaque étape.

La deuxième solution combine la liberté qu’offre l’auto-édition avec les avantages d’une maison d’édition.

Une structure s’est imposée sur ce marché : il s’agit de Publishroom.

publishroom

Attention, je ne parle pas d’une maison d’édition à compte d’auteur mais d’une plateforme communautaire d’auto-édition avec des professionnels au service des auteurs.

Claire Georges-Abrieux de Publishroom m’a accordée une interview pour expliquer leur démarche, mais avant petite présentation des sept personnes qui la composent :

sabrinaSabrina Grimaldi, la fondatrice. Elle a travaillé longtemps dans de grands groupes média, et dans l’édition.

Jean-Pierre Gérault, le fondateur. Auteur, ex VP de Xerox, ex DG de Xerox France. Il est passionné par la rencontre du livre avec internet.

Quentin, Nicolas, Christelle, Claire sont les « artisans » du livre. Ils s’occupent respectivement de la préparation de copie, la création des couvertures, les maquettes et la fabrication des ePub et la diffusion des livres. Et Anaelle, quant à elle, s’occupe de la promotion des ouvrages.

  • Comment est né Publishroom et pourquoi ?

Publishroom est né de notre constat de la frustration des auteurs. Lorsque nous avons créé notre maison d’édition, nous nous sommes rendus compte que nous recevions des manuscrits extraordinaires que nous ne pouvions pas publier pour diverses raisons, comme le fait qu’ils ne rentraient pas dans notre ligne éditoriale.

Nous nous sommes aussi rendus compte que les auteurs qui allaient dans les grandes maisons d’édition étaient souvent déçus de leur expérience. Ils n’étaient pas tenus au courant du choix de la couverture, des traductions éventuelles, du nombre de vente. Quand ils appelaient, personne ne leur répondait et impossible de prendre rendez-vous avec les éditeurs.

Et pour finir, nous avons constaté l’explosion de l’auto-édition. La liberté qu’elle apporte et l’augmentation des revenus qu’elle permet pour les auteurs sont une véritable révolution. Pour nous, c’est le nouveau modèle de l’édition. Après la désintermédiation de la musique, du cinéma, de l’art, ce sera bientôt au tour de l’Edition de vivre ce tournant. Alors autant s’y mettre tout de suite.

  • A quel type d’auteur s’adresse-t-elle ?

Lire la suite

Les Prêtresses: réponse de Pocket Jeunesse

typewriter-801921_1920

Je reviens vous parler de mon roman car j’ai de nouveau eu une réponse d’un éditeur.

Il s’agit de Pocket Jeunesse et la réponse est là aussi négative. Une lettre-type de refus comme Gallimard Jeunesse : mon manuscrit ne correspond pas à leur ligne éditoriale.

Le plus difficile avec ces lettres, c’est qu’elles ne sont pas argumentées. On ne sait donc pas ce qui ne leur a pas plu et c’est plutôt frustrant, pour nous, auteur.
Comment savoir si le manuscrit doit être amélioré ou s’il est bon à jeter aux oubliettes ?
Après, je sais que les refus argumentés de grandes maisons d’éditions sont rares donc il faut que je me fasse une raison.

Question délai, pour ceux que ça peut intéresser, Lire la suite