Que faire ou ne pas faire lors d’un premier rendez-vous d’après le Dr Love !

Le Dr Love que je ne présente plus car il a déjà prodigué des conseils sur notre blog dans deux précédents billets : Les conseils amoureux du Dr Love et Le Dr Love nous parle du ghosting, est de retour pour nous parler du premier rendez-vous. Ecoutons-le attentivement :

doctor-love

Le first date, cette étape importante, cette première fois, la rencontre de deux possibles, de deux êtres qui pourraient enfin se (re)trouver lors d’un tête à tête au cours duquel ça pourrait matcher, mérite qu’on lui consacre un billet.

Il faut donc mettre toutes les chances de son côté pour plaire à l’autre, que ce soit une personne que vous n’avez jamais rencontrée (rencontre en ligne) ou une personne rencontrée lors d’une soirée (deuxième fois mais premier rendez-vous), ami(e)s célibataires, suivez mes conseils. Que faire ou ne pas faire lors d’un premier rendez-vous. C’est parti !

1) Parler de son ex : pas faire

Lors d’un premier rendez-vous, on parlera forcément de son ex car parler de sa situation sentimentale actuelle implique que vous évoquiez votre passé et donc vos anciennes relations.

Attention toutefois à ne pas parler de cet ex toute la soirée, en sortant à votre date des anecdotes à son sujet ou votre rancoeur. La personne en face de vous n’est pas votre meilleur(e) pote, votre psy ou votre conseiller conjugal. D’ailleurs si vous en parlez beaucoup, posez-vous cette question : Etes-vous prêt(e) pour une nouvelle relation ?

bad-date-2

2) Etre sans a priori : à faire

Vous rencontrez cette personne par la biais d’un site de rencontres, ne partez pas immédiatement avec des préjugés en craignant que cette personne ne soit pas sérieuse. Vous avez connu votre date à une soirée et votre cousine vous a dit que c’était un séducteur ou une séductrice. Ok, très bien mais faite-vous votre propre opinion.

L’inverse est aussi valable, il/elle vous a envoyé des tas de mots doux sur le site, vous vous êtes enflammé(e), c’est très bien mais redescendez sur terre. Vous ne connaissez pas cette personne, ce n’est pas encore votre chéri(e). Ne mettez pas la charrue avant les boeufs.

lets-see-what-happens

3) Monopoliser la conversation : pas faire

Parler de vous, c’est bien mais ne parler que de vous, ça ne l’est pas. Rencontrer quelqu’un c’est discuter et donc échanger. Le fameux « Me, myself and I » c’est rebutant, même si vous êtes bavard. A éviter donc. « Je parle donc je suis » mais pas trop quand même !

monopoliser-la-conversation

Lire la suite

Pas de valentin, et alors ?

Demain, c’est la Saint-valentin et cette année (exceptionnellement ou comme d’habitude) vous êtes seul(e). C’est la loose !

anti-saint-valentin

 

Vous avez donc décidé de passez la Saint-valentin comme ça:

soiree-deprime

Non ! Hors de question! Vous allez passer une Saint-valentin 2017 qui rock !

Comment ? Des soirées anti Saint-valentin sont organisées un peu partout dans Paris, suivez le guide : Lire la suite

Etre gentil, ça fait du bien !

spread-kindness

Etre gentil, c’est faire preuve de délicatesse, une qualité qui fait du bien à celui qui l’est et également aux autres. Autrefois la gentillesse était un trait de caractère bien vu mais la société évoluant et étant de plus en individualiste, être gentil a perdu son sens premier. Pourtant la gentillesse a tenu bon, elle a fait de la résistance et tient sa revanche. On considère à nouveau la gentillesse à sa juste valeur. La nouvelle année étant le moment de prendre des résolutions, pourquoi ne choisiriez-vous pas d’apprécier la gentillesse ? Etre gentil, ça a du bon. Explications en 3 points :

1) Etre gentil, c’est être bienveillant et généreux avec les autres et avec soi-même.

kindness

Gentillesse : Caractère de quelqu’un qui est d’une complaisance attentive et aimable ; bonté. Larousse.

Voici la définition de la gentillesse. Pourtant, son sens premier s’est transformé et l’antonyme d’être méchant, s’est retrouvé à signifier autre chose :

  • « Il est gentil » : Une qualité mentionnée très souvent après ou avant un « mais » et utilisée pour compenser le fait de ne pas être séduisant. Exemples : « il n’est pas beau mais il est gentil », « il est gentil mais je ne suis pas attirée ».
  • « Il est gentil » : Un terme utilisé pour dire qu’une personne est bête et souvent accompagné de l’adverbe « trop ». Exemples : « il est trop gentil, il se fait marcher sur les pieds », « il s’est fait avoir, il est trop gentil ! ».

Justement, qu’est-ce que le fait d’être « trop gentil » et pourquoi voir la gentillesse comme une faiblesse ? Attention, être gentil ne signifie pas dire « oui » à tout pour faire plaisir aux autres au détriment de soi, en faisant passer les désirs ou intérêts des autres avant les siens. Il est vrai qu’une extrême gentillesse peut aussi surprendre, un inconnu qui vous aide, une personne qui vous accorde beaucoup de temps mais il ne faudrait pas voir non plus cela de manière négative et penser que la personne est idiote de donner autant aux autres. Mère Thérésa n’était pas folle et Nelson Mandela non plus. Ils avaient seulement compris qu’il fallait aimer et pardonner pour être heureux dans la vie.

Lire la suite

Les 10 résolutions qu’on arrive jamais à tenir

mission-surveillance

10) S’y prendre tôt pour faire ses cadeaux de Noël.

Résultat : On se retrouve dans la cohue des retardataires le 24 décembre à faire la queue à 19h !

9) Se remettre au sport.

Résultat : On y va d’abord à fond 3 fois par semaine, puis 3 jours par mois et enfin 1 fois tous les 3 mois mais en fait, elle est où ma carte d’abonnement ?

8) Faire des économies.

Résultat : C’est les soldes, ça tombe mal ! Pas grave, on commencera le mois prochain, on va pas passer à côté de ce magnifique sac à moitié prix ?

7) Marcher jusqu’à la gare

Résultat : Le bus s’arrête à l’arrêt juste au moment où on arrive. Ce serait dommage de ne pas le prendre pour une fois qu’il est là à l’heure ! Promis, demain on marche !

6) Se remettre à porter des talons.
Lire la suite

Peur de ne pas être à la hauteur (le mythe de l’imposteur)

peur-de-ne-pas-e%cc%82tre-a-la-hauteur

Serais-je à la hauteur ? Dans nos vies qui vont à 100 à l’heure et où la concurrence et le besoin d’être performant dominent nos sociétés, on s’est forcément retrouvé à se poser cette question. Un nouveau travail, une nouvelle relation amoureuse, une naissance prochaine, tant d’étapes qui nous font nous questionner sur nos capacités à nous transformer. La peur de ne pas être à la hauteur est en fait la peur d’être confronté à l’échec.

1) Ne plus se mettre la pression :

ne-plus-se-mettre-la-pression

Je pense que la première étape pour ne plus avoir peur de ne pas être à la hauteur est de ne plus se mettre de pression. Lorsqu’on démarre un nouveau travail, on peut vivre ce que j’appellerai le mythe de l’imposteur c’est à dire que l’on exige tellement de nous-même, que l’on finit par penser que l’on ne possède plus aucune compétence ou qualité. On souffre d’une sorte d’amnésie qui nous conduit à être persuadé que nous sommes, en réalité, un imposteur.

La solution : il est normal de ne pas être immédiatement performant lorsqu’on démarre un travail, on doit d’abord se former et prendre ses marques. On a confiance en soi, en ses compétences et en la vie. On avance pas à pas en étant serein. On accepte d’être débutant.

Lire la suite