L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante

Les vacances sont finies, c’est triste je sais, mais qui dit reprise dit aussi reprise du blog ! C’est pas une bonne nouvelle, ça ?

Aujourd’hui pour cet article de rentrée, je vais vous parler de la saga l’amie prodigieuse d’Elena Ferrante qui raconte la vie de deux amies napolitaines de l’enfance à l’âge adulte dans l’Italie d’après-guerre.

Cette saga se compose de 4 tomes :

  • L’amie prodigieuse
  • Le nouveau nom
  • Celle qui fuit et celle qui reste
  • L’enfant perdue

Pour éviter les spoilers, je ne mettrai que le pitch du 1er tome qui résume assez bien les choses :

Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l’adolescence, à l’aube de l’âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.

Elena Ferrante nous raconte la vie d’Elena dite Lenù et de Lila dite Lina élevées dans un quartier pauvre de Naples gangréné par la violence.

L’histoire est raconté du point de vue d’Elena alors âgée d’une soixantaine d’années. C’est avec elle qu’on replonge dans la vie de ces deux jeunes filles qui bien qu’ayant la même enfance vont avoir un destin très différent.

Il n’y a pas seulement les deux héroïnes que l’on va suivre, il y a aussi un troisième protagoniste : le quartier de Naples. Tout aussi important car c’est à lui que Lenù et Lina tenteront d’échapper. Réussiront-elles ? Toute la question est là.

Dans les quatre tomes, nous avons un parallèle entre la vie des deux amies qui cherchent à se construire sans le regard de l’autre mais en le cherchant constamment. Quoi qu’il arrive, elles sont liées l’une à l’autre comme si un fil invisible les maintenait ensemble pour leur bonheur comme pour leur malheur.

Outre leur amitié, on suivra aussi leurs amours contrariés et leur ambition professionnelle avec au centre la place des femmes dans l’Italie des années 60-70.

Au bout du compte, une seule leçon sera à retenir : celle de vivre pour soi-même car Elena et Lila à trop vouloir se surpasser perdront de vue l’essentiel et peut-être bien plus encore.

Avez-vous lu la saga d’Elena Ferrante et si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Avant de vous quitter, je dois vous dire que la chaîne HBO va co-produire avec la RAÏ l’adaptation de l’amie prodigieuse. Plus que quelques mois à attendre avant de voir nos héroïnes à l’écran (sur Canal + pour la France) et pour les plus curieux, voici la bande annonce :

 

L’amie prodigieuse, Le nouveau nom, Celle qui fuit et celle qui reste, L’enfant perdue 

Elena Ferrante, Gallimard.

Assibani

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s