Comme un oiseau

Nous poursuivons notre semaine littéraire sur le blog avec le roman Comme un oiseau de Julie Deh, finaliste du Prix du Jury des Plumes Francophones 2017, présidé par Yasmina Khadra.

Comme un oiseau

Voici le pitch de la 4ème de couverture :

Cerise Loiseau, soixante-sept printemps, est veuve de la dernière saison. Après quarante-cinq années de tartines beurrées-café en ménage, elle décide d’empoigner cette tardive bénédiction pour retrouver enfin son Jean, l’amour de ses quinze ans, persuadée qu’il l’attend en Bretagne. Armée de ses deux notions de géographie, d’un petit sac à dos et de quelques biscottes, la voici donc quittant sa bicoque ouvrière en visant l’océan. Bille en tête et à pied, puisqu’il faut bien, à défaut de savoir voler.

En route, elle croisera une poignée de personnages, figures poétiques inquiétantes ou bienveillantes, telles des balises sur le chemin de son coup de folie. Surtout, elle rencontrera Sadio Sy, et le pas de cette jeune-femme capée de noir, échappée d’un mariage forcé, s’attachera aussitôt au sien, comme une évidence. Pareillement femmes, nouvellement libres, à deux, des ailes pourraient-elles leur pousser ?

Comme un oiseau est un road-trip poétique qui suit les tribulations d’une nouvelle veuve qui, sur un coup de tête, décide de retrouver son amour de jeunesse, Jean.

De ce Jean, nous ne connaissons que les lettres qu’il a écrites à Cerise à chacun de ses anniversaires. Lettres qui vont accompagner Cerise comme un rappel de la vie qu’elle n’a pas eue ou qu’elle n’a pas eu le courage d’avoir.

Cerise n’a pas eu une vie des plus épanouissantes et ce voyage est le moyen de la pimenter pour la dernière fois, d’aller au bout de ses envies pour la première fois.

Car oui, il s’agit aussi d’un roman des premières fois : le premier voyage, la première nuit à la belle étoile, la première motocyclette, la première fois qu’elle voit la mer, la première fois qu’elle se confronte à son destin.

Lors de ce périple initiatique, Cerise va rencontrer Sadio Sy, une femme mystérieuse qui malgré son lot de malheurs rêve comme Cerise de liberté.

A deux, elles vont accomplir ce pèlerinage au cœur des souvenirs de Cerise, main dans la main.

Devant l’océan, au terme de leur voyage, elles pourront enfin se délester de leur peine et de leurs désillusions afin de les laisser s’envoler comme un oiseau.

J’ai été emportée par la plume de Julie Deh, même si parfois certaines constructions de phrases ont un peu gêné ma lecture.

Malgré ça, le récit est léger et poétique comme les déambulations d’un ballon lâché dans le ciel. On se prend d’affection pour cette femme qui veut retrouver son amour de jeunesse et qui ne reculera devant rien pour y parvenir.

Julie Deh est une auteure à suivre.

Si vous voulez le lire, c’est par ici : https://www.amazon.fr/Comme-oiseau-Julie-Deh-ebook/dp/B0753SRMTN/ref=cm_cr_arp_d_product_top?ie=UTF8

Assibani

Comme un oiseau, Julie Deh.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s