Si on vivait comme dans les films ?

Sex-and-the-City-2

Fini la peine, les pleurs, les ruptures amoureuses à contrat à durée indéterminée, les échecs, le manque de confiance en soi en devenant enfin acteur de sa vie. Et si on vivait comme dans les films ? 

N’avez-vous pas remarqué que dans un film tout est surmontable ? Il y a une musique qui sublime tout, un meilleur ami qui se soucie plus de votre vie que de la sienne mais surtout y’a toujours une happy end. Nos héros torturés deviennent des exemples de bonheur retrouvé.  

Démonstration en 8 points qu’on peut en faire autant sans script. La numéro 8 vaut le détour 😉

Silence ça tourne !

Somewhere film

1/ Dans le film The holiday, Cameron Diaz se remet de sa rupture amoureuse dans les bras d’un Jude Law très séduisant . En cas de déprime post rupture, regardez cet extrait sans modération et prenez en de la graine !

2/ Nos héros n’ont jamais peur, ils osent et leur audace paie. Petite leçon pour maîtriser sa peur par Maître Yoda. La force, jeune padawan tu développeras. 

3/ Au cinéma, nos héros n’abandonnent  jamais et ce n’est pas Sam Gamgie qui dira le contraire (ok Frodon semble abandonner mais heureusement ce n’est que momentané).

4/ Par contre quand il faut abandonner, il faut abandonner. Tournez la page, passez à autre chose. NEXT !

Lire la suite

Leo, le roi des princes charmants !

Leonardo DiCaprio a fait (et faire encore) chavirer le cœur de milliers d’adolescentes dont je faisais bien évidemment partie. Il était le Justin Bieber ou le Harry Styles de notre époque.

Un sex symbol devant l’éternel

roméo

Je l’ai découvert pour la première fois dans Roméo + Juliette de Baz Luhrmann, en amoureux écorché vif aux cotés de Claire Danes. Déjà, il avait tout du grand !

Mais c’est le film Titanic qui l’a fait entrer au panthéon des sex symbols d’Hollywood.

Dès lors la folie ou plutôt la DiCaprio mania était lancée et elle ne s’est pas tarie depuis. On a juste mûries et on est donc devenues moins bruyantes !

La carrière de Leonardo aurait pu se résumer à ce statut de sex symbol mais il a compris que pour durer dans ce métier, il ne suffisait pas juste d’être un beau gosse. Eh oui, Leonardo est avant tout un grand acteur.

Un acteur dans l’âme

Il n’a pas hésité après Titanic a cassé son image de gueule d’ange en acceptant des rôles plus engagés.

Il tourne avec les plus grands et enchaîne les succès avec La Plage aux côtés du frenchie Guillaume Canet, Gangs of New-York de Martin Scorsese, Arrête-moi si tu peux de Steven Spielberg, les Infiltrés, Shutter Island, toujours avec Martin Scorsese.

arrete-moi-si-tu-peux

En 2012, il joue le rôle d’un esclavagiste sadique dans Django Unchained de Quentin Tarantino et il est difficile de voir dans ce personnage le roméo des débuts.

leo-django

Même si avec ces rôles, il nous a prouvé qu’il était un acteur de talent, il n’a toujours pas remporté la petite statuette en or marquant la reconnaissance de ses pairs.

Pourtant, il se murmure à Hollywood

Lire la suite

Mon premier roman « Rêveuse en sursis »

couverture rêveuse en sursis

Rêveuse en sursis est le premier roman que j’ai écrit et j’ai eu la chance qu’il soit publié en format numérique par les éditions Numeriklivres en mai 2012. C’est un roman feel good dont voici le résumé : « Alicia, à la veille de son trentième anniversaire, se pose des tas de questions existentielles. Elle rêve d’être écrivain, mais ne devrait-elle pas plutôt choisir une existence plus conformiste ? Elle rêve du grand amour, mais est-il raisonnable d’aimer Julien, secret et solitaire, plutôt que Marc, riche et passionné ? Heureusement ses amies et sa sœur jumelle sont là pour soutenir Alicia et l’aider à trouver des réponses à ses interrogations. De péripéties en remises en question, ce roman drôle et léger en apparence nous entraîne à la suite de son héroïne dans un Paris romantique à souhait. Adama Mané signe là une jolie romance au style enjoué, à l’écriture pleine de vivacité. Un texte avec beaucoup d’humour, mais pas dénué de réflexions plus profondes sur les relations amoureuses et amicales. »

Lire la suite

« Hier encore, c’était l’été », le joli roman de Julie de Lestrange

Hier encore c'était l'été

Je vais vous parler d’un roman qui m’a beaucoup plu, il s’agit de Hier encore, c’était l’été de Julie de Lestrange. Un roman qui m’a touché et dont l’intrigue est simple : « Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance et en toute innocence. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l’adolescence, la gifle est brutale.
En une décennie, cette jeunesse dorée, perdue mais pas désillusionnée, va devoir apprendre à se battre pour exister. La vie les perdra par endroits. À travers les drames, les fous-rires et les joies subsiste alors l’amitié. Et l’amour qui les sauvera.
Tendre portrait d’une génération et d’une époque, Hier encore, c’était l’été est un roman résolument optimiste qui accroche le cœur pour ne plus le lâcher. C’est l’histoire de nos guerres quotidiennes, de nos victoires et de nos peines.
C’est surtout l’histoire de la vie et d’une bande d’amis dont on voudrait faire partie. »

L’histoire de ce roman se déroule donc sur dix ans où nous suivons les aventures d’une bande d’amis à travers les yeux de Alexandre, le héros. Ce rythme d’écriture nous permet de suivre les joies, les bonheurs mais aussi les déceptions, les coups durs de jeunes qui deviennent grands. Leurs doutes, leurs hésitations peuvent trouver un écho en chacun de nous car c’est certes l’histoire de leurs vies mais aussi un peu celle de nos vies. Un roman qui parle d’une génération et de désirs, de besoins simples et communs comme l’amitié, l’amour, la famille mais aussi le besoin de trouver sa voie. Alexandre, Anouk, Marco et Sophie se posent des questions qui sont aussi les nôtres. Ce roman nous délivre un message positif distillé tout au long du livre.

Lire la suite

Publishroom ou comment éditer autrement

Les jeunes écrivains en herbe que nous sommes, avons tendance, une fois notre manuscrit terminé, à nous jeter sur les grandes maisons d’édition pour se faire éditer. Or, nous le savons bien, être édité par ces maisons d’édition relève du miracle ou soyons réalistes des relations.

Est-ce que ça voudrait dire que tout est perdu et que notre manuscrit restera dans notre tiroir où on aura aussi rangé nos rêves oubliés ?

Bien sûr que non ! Nous sommes en 2016 et les possibilités pour éditer son manuscrit sont nombreuses grâce à l’avènement du numérique et à l’auto-édition.

Petit guide

Pour ceux qui opteraient pour cette dernière, deux solutions :

  • s’occuper seul de A à Z du processus : correction, création de la couverture, choix de l’imprimeur et impression (si édition en papier), formalités administratives, distribution et promotion,
  • s’adresser à des professionnels qui vous accompagneront dans votre projet d’auto-édition à chaque étape.

La deuxième solution combine la liberté qu’offre l’auto-édition avec les avantages d’une maison d’édition.

Une structure s’est imposée sur ce marché : il s’agit de Publishroom.

publishroom

Attention, je ne parle pas d’une maison d’édition à compte d’auteur mais d’une plateforme communautaire d’auto-édition avec des professionnels au service des auteurs.

Claire Georges-Abrieux de Publishroom m’a accordée une interview pour expliquer leur démarche, mais avant petite présentation des sept personnes qui la composent :

sabrinaSabrina Grimaldi, la fondatrice. Elle a travaillé longtemps dans de grands groupes média, et dans l’édition.

Jean-Pierre Gérault, le fondateur. Auteur, ex VP de Xerox, ex DG de Xerox France. Il est passionné par la rencontre du livre avec internet.

Quentin, Nicolas, Christelle, Claire sont les « artisans » du livre. Ils s’occupent respectivement de la préparation de copie, la création des couvertures, les maquettes et la fabrication des ePub et la diffusion des livres. Et Anaelle, quant à elle, s’occupe de la promotion des ouvrages.

  • Comment est né Publishroom et pourquoi ?

Publishroom est né de notre constat de la frustration des auteurs. Lorsque nous avons créé notre maison d’édition, nous nous sommes rendus compte que nous recevions des manuscrits extraordinaires que nous ne pouvions pas publier pour diverses raisons, comme le fait qu’ils ne rentraient pas dans notre ligne éditoriale.

Nous nous sommes aussi rendus compte que les auteurs qui allaient dans les grandes maisons d’édition étaient souvent déçus de leur expérience. Ils n’étaient pas tenus au courant du choix de la couverture, des traductions éventuelles, du nombre de vente. Quand ils appelaient, personne ne leur répondait et impossible de prendre rendez-vous avec les éditeurs.

Et pour finir, nous avons constaté l’explosion de l’auto-édition. La liberté qu’elle apporte et l’augmentation des revenus qu’elle permet pour les auteurs sont une véritable révolution. Pour nous, c’est le nouveau modèle de l’édition. Après la désintermédiation de la musique, du cinéma, de l’art, ce sera bientôt au tour de l’Edition de vivre ce tournant. Alors autant s’y mettre tout de suite.

  • A quel type d’auteur s’adresse-t-elle ?

Lire la suite