Les vies rêvées d’Erica Strange

Being Erica

Pour mon premier billet, je voulais vous parler d’une série qui m’a particulièrement marquée : « Les vies rêvées d’Erica Strange ».

Je vois déjà les gros yeux de certains qui n’ont jamais entendu parler de cette série, pas de panique il ne s’agit pas de LA nouvelle série hype made in US mais d’une série canadienne terminée depuis 4 ans environ.

Vous vous demandez sûrement pourquoi je veux vous parler d’une série terminée alors qu’il y a tout un tas de séries inédites ou en cours sur lesquelles je pourrais m’épancher.
C’est justement parce qu’elle est terminée que je peux donner mon avis définitif, contrairement aux nouvelles séries qui peuvent encore nous réserver leurs lots de surprises ou de déceptions (par exemple la série How I met your mother, passée du pur génie à merci il était temps d’en finir mais j’en parlerai peut-être dans un autre billet).

Revenons à nos moutons, « Les vies rêvées d’Erica Strange ». Je vous l’accorde à première vue le titre ne fait pas rêver (n’y voyez pas un mauvais jeu de mots). En anglais la série s’intitule « Being Erica » et reflète beaucoup plus l’esprit de la série qui est d’être ce que l’on est, ni plus, ni moins.
Qu’est-ce que je veux dire par là ?
Je vous explique : cette série suit le quotidien d’une trentenaire vivant à Toronto et qui pense que sa vie est ratée. Elle n’a pas de travail, pas de mec et un jour elle manque de mourir suite à un choc anaphylactique provoqué par une boisson contenant des noisettes dont elle est allergique. On peut dire à ce moment là qu’elle touche le fond mais en fait c’est le début de sa nouvelle vie qui commence. A l’hôpital, elle fait la connaissance d’un thérapeute d’un nouveau genre, le Dr Tom, qui va lui proposer d’écrire la liste de ses plus grands regrets pour pouvoir la renvoyer dans le passé les revivre. Ces sauts dans le passé sont censés lui permettre de comprendre pourquoi elle en est arrivée là dans sa vie actuelle. Cependant, ces sauts ne seront pas sans conséquences.

Ce pitch pourrait faire penser que cette série est très sérieuse, or ce n’est pas du tout le cas. Elle est certes très profonde mais aussi légère et drôle car les retours dans le passé sont l’occasion de confronter la nouvelle Erica venant donc du « futur » aux réalités du passé où le téléphone portable n’existait pas encore et où les permanentes étaient le summum de la classe.
Lors de ces sauts, elle n’aura bien évidemment pas le droit de modifier le passé puisqu’il s’agit simplement de le comprendre mais elle sera tentée de modifier un évènement terrible survenu au sein de sa famille. Je n’en dévoile pas plus pour laisser à ceux qui le voudraient la possibilité de découvrir cette série.

Au fil des épisodes on prend conscience que nous sommes les maîtres de notre propre vie.
Le passé fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui mais il ne détermine pas notre futur. Nous ne sommes pas condamnés à répéter les mêmes erreurs car à y regarder de plus près la seule constante dans nos échecs c’est nous et le comprendre est la clé.
Cela peut sembler très philosophique mais c’est le message de la série et je le trouve plutôt positif.
En plus pour ne rien gâcher les acteurs sont excellents, mention spéciale à Erin Karpluk (Erica) et Michael Riley (Dr Tom) qui nous font passer du rire aux larmes.

Pour conclure, Being Erica est une série drôle, émouvante et surtout attachante qui permet d’apporter un nouveau regard sur la vie et qui rappelle que nous détenons les clés pour atteindre nos rêves.
Voilà pourquoi je voulais parler de cette série qui en France est plutôt passée inaperçue alors qu’elle aurait méritée beaucoup plus.

J’espère vous avoir donné envie de la regarder (en dvd ou avec les moyens du bord, je vous fais confiance) et n’oubliez pas à trois on sourit !

Assibani.

2 réflexions sur “Les vies rêvées d’Erica Strange

  1. J’ai également regardé cette série que j’ai beaucoup aimé. Le message est en effet très positif et nous permet de comprendre, en tout cas, m’a permis de comprendre que nous sommes le maitre de notre destin. C’était ma série coup de coeur et c’est dommage qu’elle soit terminée. Merci pour ce très beau billet.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s